« Il était une fois 87 » avec Christophe Michalak, le 28/09 à 20h55 sur France 4

En 1987, Madonna est la plus grande star de l’époque. Dans cette nouvelle émission de « Il était une fois », nous reviendrons sur le succès de la chanteuse, danseuse et actrice, qui synthétise l’air du temps et lance les modes, entre glamour et provocation.

À l’époque, il n’y a pas encore au cinéma toutes les futures superproductions hollywoodiennes de Marvel… et à part quelques dessins animés de l’Araignée (Spiderman) et des feuilletons de Hulk et de Wonder Woman… C’est bien dans Strange, la revue mensuelle de super-héros, que l’on découvre tout un univers.

La bande se penchera sur l’école en 1987, car celle-ci était bien différente d’aujourd’hui. Dès la rentrée scolaire, des fournitures, de la trousse jusqu’au cartable (Tann’s contre sac US), des livres aux programmes enseignés, cela a bien changé, comme les chroniqueurs vont le constater.

À l’époque, à l’école, pas la peine d’interdire le portable… il n’y en a pas encore. Comme il n’y a pas de Pokemon ni de Polly-Pocket ou de Crados… mais à quoi donc jouaient les enfants dans la cour de récré ? Nous nous intéresserons aussi à la triche (top 5 des meilleures méthodes de l’époque), aux toutes nouvelles fringues à la mode (c’est l’apparition des marques qui s’adressent aux ados), mais aussi aux goûters et aux bonbecs de l’époque.

Comment ça marche ? Dans cette rubrique, des enfants d’aujourd’hui découvrent des objets technologiques obsolètes qui ont été essentiels cette année-là. Pour ce numéro, ils vont essayer de faire marcher les magnétoscopes et leurs drôles de cassettes VHS.

Lison l’exploratrice se penchera sur l’apparition de la première émission qui parle de sexe, Sexy Folies, diffusée sur le service public dans un pays encore très prude.

Le Minitel, créé en 1982, découvre cette année-là la couleur rose avec le lancement de 3615 Ulla. Au lycée aussi, on parle pour la première fois de sexe, notamment avec la première grande campagne pour se protéger contre le sida : « Il ne passera pas par moi. » Les préservatifs se distribuent dans les concerts et à la sortie du lycée…

« Un été à Orly », le 22/09 à 13h50 dans TF1 Grands reportages

C’est le deuxième plus grand aéroport de France et c’est aussi l’un des plus anciens. Orly est une petite ville dans la ville qui accueille chaque été jusqu’à 115 000 personnes par jour. Les week-ends de grands chassés-croisés, l’aéroport est en effervescence. Dans l’aérogare ou sur le tarmac, le personnel d’Orly se bat dans l’ombre pour accueillir et satisfaire au mieux les voyageurs. Durant tout l’été, nous nous sommes plongés dans cette fourmilière et avons partagé le quotidien des passagers et des employés de l’aéroport d’Orly.

Des retards de l’été, aux accidents sur les avions, en passant par les urgences vitales, embarquement immédiat pour un été sans temps mort à Orly. Un reportage d’Elisa Jadot produit par CAPA pour TF1 Grands Reportages.

« Il était une fois 75 » avec Marianne James, le 21/09 à 20h55 sur France 4

En compagnie de Marianne James, nous évoquerons les programmes jeunesse de l’époque : des animations bien datées comme la Linea (en italien, non traduit !), Chapi Chapo, ou encore Casimir de l’Île aux Enfants.

1975 marque aussi l’année de l’humour avec notamment le succès de Coluche et l’apparition de l’émission Le Petit Rapporteur. À travers des chroniques, des archives, des quizz et des petits happenings, nos chroniqueurs tenteront de répondre à la question : alors, est-ce que l’humour, c’était vraiment mieux avant ?

Lison l’exploratrice s’intéresse à la mode du disco qui envahit la France cette année-là. Dans la rubrique « Comment ça marche ? », nos enfants-testeurs d’aujourd’hui vont essayer de comprendre cet objet si typique des années 70, la caméra super 8, avec son manche que l’on tient comme un pistolet. Puis, nous reviendrons sur l’incroyable saga d’une icône féministe, Wonder Woman, qui apparaît en 1975 en feuilleton à la télé.

Enfin, la bande jouera avec le décalage entre les époques, à travers Valéry Giscard d’Estaing, alors tout jeune président.

Après plusieurs semaines de représentations à Avignon, Marianne James sera à La Grande Comédie, à Paris, à partir du 20 octobre prochain dans Tatie Jambon, Le Concert pour enfants (de 4 à 104 ans) qui réunira ses deux livres albums : Tous au lit et Tous heureux !
Également en tournée dans toute la France en 2019.
Le livre-CD de Tatie Jambon, « Tous heureux », sortira le 20 septembre prochain.

>> Plus d’informations sur l’émission Il était une fois

Soirée de lancement de « Il était une fois », le 14 septembre sur France 4

Pour la soirée de lancement de « Il était une fois », France 4 vous propose non pas une mais deux émissions qui vont vous faire voyager dans le temps !

« Il était une fois 99 » avec Artus

Vendredi 14 septembre à 20.55 (première partie de soirée)

Pour cette première émission, nous nous téléportons en 1999 avec Artus.

C’est toute l’émission qui se transforme : le décor est celui de l’intérieur d’une maison de l’année en question, avec tous les détails d’ameublement caractéristiques, jusqu’au téléviseur d’époque pour regarder les reportages. Et, bien entendu, toute la bande qui accompagne Faustine est relookée selon la mode de la fin des années 1990.

En compagnie de l’humoriste, nous replongerons dans le succès de la comédie musicale Notre-Dame de Paris et évoquerons la mode du tatouage qui déferle en France. Nous analyserons l’arrivée de la culture geek avec la nouvelle ère du numérique qui bouleverse tous les usages de consommation. Puis, la bande reviendra sur le phénomène Pokémon qui envahissait toutes les cours de récré et sur l’explosion en cette fin de millénaire du stand up grâce à Jamel Debbouze.

Dans la séquence « Comment ça marche », des enfants d’aujourd’hui testeront des objets technologiques obsolètes, voire oubliés, qui ont été essentiels cette année-là. Pour ce numéro, ils essayeront de faire marcher le Discman et ses CD qui dominent encore cette année-là.

« Il était une fois 82 », avec Sandrine Quétier

Vendredi 14 septembre à 22.25 (deuxième partie de soirée)

Pour ce deuxième numéro, notre bande va notamment expérimenter la soirée télé en famille d’alors, mais aussi revenir sur un personnage culte depuis disparu, Groquik, ou encore s’amuser avec la folie Aérobic qui s’empare cette année-là de notre pays. Nous retrouverons la séquence « Comment ça marche », où des enfants d’aujourd’hui découvriront ce qu’écoutaient leurs parents mais aussi testeront les jeux électroniques de l’époque, aujourd’hui si désuets, comme le Simon ou la Dictée magique.

>> Plus d’informations sur l’émission Il était une fois

« Il était une fois », présenté par Faustine Bollaert, à partir du 14/09 à 20h55 sur France 4

Dans « Il était une fois », Faustine Bollaert nous embarque pour un voyage dans le temps, l’année des 12 ans d’un invité, accompagnée d’une bande de chroniqueurs représentant chacun une génération, à travers des magnétos, des happenings, des jeux autour de la culture, de la mode, de la technologie.

Quatre chroniqueurs, Lison Daniel, Kamini, Jérôme Bonaldi et Jean-Philippe Doux, de quatre générations différentes, mettent en avant notre passé récent : quels étaient les modes de vie d’alors, les objets, la technologie, ou la culture populaire de l’époque… Le principe de l’émission est de revisiter en s’amusant les années 1970, 80 ou 90, à travers des happenings, de surprenantes expérimentations, des quizz, un JT incarné par Louis Schmidt.

Alors, est-ce que c’était mieux avant ?…

Les chroniqueurs :



Lison Daniel

Génération Z | 26 ans

Lison est comédienne. Elle a étudié le théâtre au conservatoire du Xe arrondissement de Paris, puis au Studio d’Asnières, avant de rejoindre la Guildhall School of Acting. Elle a notamment créé une pastille web qui s’appelle « Les Caractères ». Lison fait également des voix et du doublage et collabore à l’écriture de fictions.




Kamini

Génération Y | 38 ans

Kamini est un rappeur, humoriste et chroniqueur de télévision. Il s’est fait connaître de la France entière en 2006 avec la chanson « Marly-Gomont », qui a remporté un immense succès et dont le clip est devenu le premier gros buzz sur Internet (Victoire de la musique en 2007).




Jean-Philippe Doux

Génération X | 46 ans

Jean-Philippe est un journaliste français de radio et de télévision. Il a notamment présenté le flash info du Morning Live pendant cinq ans, été chroniqueur sur 100 % Mag et rédacteur en chef de 100 % Foot.




Jérôme Bonaldi

Babyboomer | 65 ans

Jérôme est journaliste, chroniqueur et animateur de télévision et de radio. Il incarne l’âge d’or de Canal+, notamment avec l’émission mythique Nulle part ailleurs dans laquelle il présentait des gadgets et des inventions. Entre 1994 et 1997, il est l’animateur de la première partie de l’émission. Jérôme a également présenté plusieurs émissions de vulgarisation scientifique comme Dis Jérôme… ? ou On vous dit pourquoi ?.

Il a écrit plusieurs ouvrages dont « Dis jérôme c’était comment avant ? » sorti en 2016.




Louis Schmit

Journaliste | 27 ans

Louis a fait ses premiers pas télévisuels avec la rubrique incarnée « La fiche du stagiaire » dans l’émission culturelle Pop Up, présentée par Audrey Pulvar.
Il écrit également pour Studio Danielle qui cartonne sur les réseaux sociaux (1 million de followers).



Les émissions :

  • Le 14 septembre à 20h55 : « Il était une fois 99 », avec Artus.
  • Le 14 septembre à 22h25 : « Il était une fois 82 », avec Sandrine Quétier.
  • Le 21 septembre à 20h55 : « Il était une fois 75 », avec Marianne James.
  • Le 28 septembre à 20h55 : « Il était une fois 87 », avec Christophe Michalak.

Une émission réalisée par Fabrice Michelin, produit par CAPA Presse avec la participation de France Télévisions.

« Scandale chez les Stups », le 14/06 à 20h55 dans « Envoyé Spécial » sur France 2

Le 17 octobre 2015, 7 tonnes de résine de cannabis sont découvertes dans trois camionnettes garées en plein Paris, dans le très chic 16ème arrondissement. Une saisie record qui va pourtant entraîner la chute de l’un des plus grands flics de France, François Thierry, le patron de la lutte antidrogue.

Car très vite, l’enquête révèle que l’importation de cette énorme cargaison est le fruit d’une opération montée directement par l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants avec l’aide d’un indicateur au rôle controversé, Sofiane Hambli, un baron de la drogue personnellement recruté par le patron des stups.

Envoyé spécial a enquêté et rencontré des témoins qui acceptent de parler pour la première fois. Pendant des années, le flic et son indic auraient acheminé en France des dizaines de tonnes de cannabis, qui auraient alimenté le trafic. Une incroyable affaire qui montre l’échec de la politique antidrogue française et met en lumière des compromissions au plus haut niveau de la police.

Liaisons dangereuses entre flic et indic, trafic et missions clandestines : l’office de lutte anti-drogue aurait-il été le premier importateur de cannabis en France ?

« Scandale chez les Stups », réalisé par Sylvain Pak, le 14/06 à 20h55 dans « Envoyé Spécial » sur France 2

La fabuleuse histoire du restaurant, mardi 13 février à 20h55 sur France 2

La Fabuleuse Histoire est une nouvelle émission sur France 2 présentée par Stéphane Bern et produite par CAPA qui propose de voyager dans le temps afin de mieux comprendre… notre quotidien.

En effet, l’histoire de France ne se limite pas aux rois, aux reines, aux dates mémorables ni aux grandes batailles. C’est aussi celle de notre manière de vivre, de ce qui nous entoure chaque jour : nos vêtements, nos loisirs, l’école, la santé… Pour le premier numéro de ce nouveau rendez-vous qui mêle divertissement et histoire, il s’agit de raconter la fabuleuse histoire du restaurant.

Notre pays compte, avec plus de 780 000 établissements, le plus grand nombre de restaurants par habitant au monde. C’est une vraie passion française, qui s’est renforcée au fil des siècles.
Stéphane Bern propose donc aux téléspectateurs de vivre une expérience inédite : remonter littéralement le temps, pour découvrir concrètement, au cours de plusieurs chapitres de notre histoire, la naissance et la transformation du restaurant. Un voyage dans le temps en costumes et dans des décors d’époque rigoureusement reconstitués.

Cette fabuleuse histoire commence au Moyen-Age avec l’apparition des auberges et se poursuit à la Révolution française, quand se développent autour du Palais Royal les tous premiers restaurants modernes. Lors de cette aventure, les téléspectateurs assisteront à la naissance de la gastronomie française et en parallèle à la démocratisation du restaurant, dont l’emblème est la fameuse guinguette, populaire et canaille, qui connaît son âge d’or au début du 20e siècle.

Stéphane Bern a choisi d’emmener deux jeunes cuisiniers plein de talents dans ce voyage : Nathalie Nguyen et Grégory Cuilleron. Tous les deux se sont fait connaître du grand public par des émissions de concours culinaires. Depuis ils incarnent la nouvelle génération de la cuisine du 21e siècle, moderne et généreuse. Ils vont pouvoir découvrir l’histoire de leur discipline.

Ces deux petits génies des casseroles vont devoir tout réapprendre une fois projetés dans notre passé : car sans électricité ni réfrigérateur, cela change tout, des ustensiles aux ingrédients jusqu’aux us et coutumes. Ils vont devoir relever plusieurs défis étonnants comme par exemple préparer le repas d’une auberge médiévale ou encore fabriquer une glace comme au temps de la Révolution française, c’est à dire sans congélateur…

Avec ce voyage dans le temps, La Fabuleuse Histoire propose aux téléspectateurs une aventure pleine de surprises, de rires et de sensations fortes ! Un programme inédit et familial qui permet d’apprendre de façon ludique.

Une émission présentée par Stéphane BERN | Producteur délégué : CAPA Presse | Réalisateur : Fabrice MICHELIN | Producteurs : Philippe LEVASSEUR, Nicolas VALODE | Directeur artistique : Yoan ZERBIT | Productrice exécutive : Justine MARTIN CHAUFFIER | Rédactrice en chef : Emilie LANÇON

Une production CAPA | Sur une idée originale de la Direction Du Développement NEWEN | Avec la participation de FRANCE TÉLÉVISIONS | Conseillères de programme : Nathalie Denise, Héloïse Martin Saint Léon | Directeur adjoint de l’unité Divertissements : Nicolas Marinos | Directrice de l’Unité Divertissements, Spectacles et Jeux de France 2 : Marie Genest

100 000 abonnés sur la chaîne YouTube de « L’Effet Papillon » !

Vous êtes désormais 100 000 abonnés sur la chaîne YouTube de « L’Effet Papillon ». Merci de papillonner avec nous et surtout continuez comme ça !

 

« A la conquête de l’Everest », le 05/03 à 13h30 dans « TF1 Grands Reportages »

8848 mètres. A lui seul, ce chiffre donne le vertige. A la démesure de la plus haute montagne du monde, l’Everest. Un sommet mythique, que des milliers de passionnés rêvent de conquérir.

C’est le cas de deux familles françaises. Les Margueron et les Damevin partent pour un trek de 16 jours, avec comme objectif de se rapprocher le plus possible du sommet. Isabelle, Tim, et leurs amis Sophie et Olivier partent avec leurs enfants, qui ont entre 7 et 14 ans. Un pari un peu fou, qu’ils veulent relever en famille : « Nous habitons la Savoie, et nous sommes habitués à marcher. Mais rien ne prépare à ce que nous allons vivre au Népal ».

A plus de 4000 mètres d’altitude, les accidents lors des treks sont fréquents. A bord de son hélicoptère, le capitaine Vivek veille sur les randonneurs en route vers le plus haut sommet du monde. Pendant la haute-saison touristique, il enchaîne les interventions à haut risque : “Sauveteur sur l’Everest, c’est d’abord une passion, avant d’être un métier. J’en suis fier. Beaucoup de gens ne connaissent pas grand chose du Népal, mais l’Everest, tout le monde sait ce que c’est. »

Sur la route de l’Everest, dans l’hôpital de Lukla, Andreas, médecin urgentiste, multiplie les consultations. Il vient en aide aux trekkeurs atteints du mal aigu des montagnes, une maladie très fréquente à plus de 4000 mètres d’altitude. Il doit souvent intervenir lorsque la situation est grave. Lui préfère d’abord prévenir, avant de guérir : « La plupart des trekkeurs devraient être plus vigilants avant de se lancer à l’assaut de la montagne, cela peut vite s’avérer très dangereux ». Passionné par son pays d’adoption, Andreas apporte aussi son aide aux populations locales.

Enfin, l’Everest est aussi une manne financière considérable pour le pays. Pasang, 29 ans a su en profiter. La jeune femme travaille pour l’une des grandes chaînes hôtelières du pays. Elle vient dans cette vallée réouvrir le plus haut lodge de tout l’Himalaya, perché à 4250 mètres. Détruit lors du séisme de 2015, il est en train d’être reconstruit, juste en face de l’Everest. Des clients du monde entiers se bousculeront peut-être sur sa terrasse, afin de profiter de ce balcon sur le Toit du monde: “Pour l’occasion, nous organiserons un petit-déjeuner au champagne”.

Entre l’ivresse des cimes et la culture ancestrale du Népal, entre un sommet à portée de mains et des vallées coupées du monde, l’Everest a mille visages mais ne s’offre qu’aux audacieux, ceux qui voient… Toujours plus grand.

« A la conquête de l’Everest », réalisé par Gary Grabli, le 05/03 à 13h30 dans « TF1 Grands Reportages »

L’Effet Papillon, ARTE Reportage, Spécial Investigation : 3 films CAPA sélectionnés au FIGRA 2017

Le FIGRA, Festival International du grand reportage d’actualité et du documentaire de société, a sélectionné 3 reportages réalisés par l’agence CAPA.

Projections et annonce des lauréats du 22 au 26 mars 2017 au Touquet-Paris-Plage.

IRAK : DES AIGUILLES CONTRE LA TERREUR

Un sujet de Marc Garmirian et Laurène Bosc diffusé dans ARTE REPORTAGE
Une coproduction CAPA / ARTE

sélectionné dans la catégorie « COMPÉTITION INTERNATIONALE (moins de de 40 minutes) »

Française d’origine arménienne, Elise Boghossian quitte tous les mois son cabinet d’acupuncture parisien pour soigner les réfugiés syriens et irakiens exilés au Kurdistan. Grâce à deux bus transformés en dispensaires mobiles, son équipe de médecins, infirmiers et psychologues, eux-mêmes réfugiés, accède aux zones oubliées des autres ONG, tout près de la ligne de front avec Daech. Ils prodiguent en moyenne 300 soins par jour, dans 18 sites différents, à des patients chrétiens et yézidis qui souffrent de blessures physiques, mais aussi psychologiques de la guerre. Elise aide aussi à libérer la parole de jeunes femmes yézidis qui ont été traitées comme esclave par les djihadistes. Petite-fille de rescapés du génocide des arméniens en 1915, c’est en référence à son propre passé qu’elle a décidé de s’engager dans l’aide aux victimes de guerre, et de faire de l’acupuncture un instrument humanitaire et politique. Et lorsqu’Elise rencontre des réfugiés chrétiens arméniens qui ont fui Mossoul, c’est toute son histoire personnelle qui remonte à la surface. A 100 ans d’intervalle, la même tragédie se répète, parfois dans les mêmes lieux.

ISRAËL : SOUS LA PRESSION DES ULTRAS

Un sujet de Bethsabée Zarka diffusé dans SPÉCIAL INVESTIGATION (CANAL+)

sélectionné dans dans la catégorie « COMPÉTITION INTERNATIONALE (plus de 40 minutes) »

Dans les rues de Jérusalem, on les reconnaît à leurs longs costumes et grands chapeaux noirs. Leurs épouses portent perruques et jupes sous les genoux. Ces ultra-orthodoxes juifs prônent une lecture fondamentaliste de la Torah et refusent la société moderne. Ils forment une petite communauté radicale, très fermée, hermétique même, dont l’influence pèse de plus en plus sur la société israélienne.

Pour la première fois, une journaliste a réussi à pénétrer cet univers fermé, avec une caméra. Elle en rapporte un témoignage troublant. Un document rare, un portrait d’hommes, de femmes et de leurs très nombreux enfants, dont les projets sont une menace contre les principes démocratiques de l’état d’Israël.

USA : DU PÉTROLE ET DES PLUMES

Un sujet de Bruno Gex diffusé dans L’EFFET PAPILLON (CANAL+)

sélectionné dans la catégorie « COMPÉTITION INTERNATIONALE (moins de 40 minutes) »

Rien de mieux qu’une bonne histoire de cow-boys et d’Indiens. Mais cette fois, les cow-boys risquent de perdre. Depuis 6 mois, les Sioux des plaines du Dakota rameutent leurs frères amérindiens mais aussi le tout Hollywood pour enterrer un projet d’oléoduc à 4 milliards de dollars.

Un projet en partie financé par Donald Trump, c’est dire si ce pipeline est doublement maudit. Les Indiens sont donc sortis fissa de leurs réserves pour camper au bord du fleuve Missouri et défier les bulldozers qui menacent leur eau potable et profanent leurs sites sacrés. Le combat contre les milices privées des multinationales semblait perdu d’avance. Mais la cavalerie du web et des people est arrivée juste à temps pour couper la route au pipeline.