« Scandale chez les Stups », le 14/06 à 20h55 dans « Envoyé Spécial » sur France 2

Le 17 octobre 2015, 7 tonnes de résine de cannabis sont découvertes dans trois camionnettes garées en plein Paris, dans le très chic 16ème arrondissement. Une saisie record qui va pourtant entraîner la chute de l’un des plus grands flics de France, François Thierry, le patron de la lutte antidrogue.

Car très vite, l’enquête révèle que l’importation de cette énorme cargaison est le fruit d’une opération montée directement par l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants avec l’aide d’un indicateur au rôle controversé, Sofiane Hambli, un baron de la drogue personnellement recruté par le patron des stups.

Envoyé spécial a enquêté et rencontré des témoins qui acceptent de parler pour la première fois. Pendant des années, le flic et son indic auraient acheminé en France des dizaines de tonnes de cannabis, qui auraient alimenté le trafic. Une incroyable affaire qui montre l’échec de la politique antidrogue française et met en lumière des compromissions au plus haut niveau de la police.

Liaisons dangereuses entre flic et indic, trafic et missions clandestines : l’office de lutte anti-drogue aurait-il été le premier importateur de cannabis en France ?

« Scandale chez les Stups », réalisé par Sylvain Pak, le 14/06 à 20h55 dans « Envoyé Spécial » sur France 2

« Mission Aquarius », le 13/06 à 20h55 sur France Ô

Depuis janvier 2016, le navire de l’ONG SOS Méditerranée, financé par des dons sur internet, tente de repêcher les migrants qui entreprennent la traversée entre la Libye et l’Italie.

A son bord, un équipage de bénévoles. Des gens ordinaires partis sauver les autres. Durant leurs vacances, plusieurs français se sont portés volontaires sur l’Aquarius. Pendant 6 semaines, ils y ont vécu une expérience hors du commun.

A 34 ans, Ludovic, élève officier de la marine marchande, fait sa première mission sur le bateau. Des milliers de migrants meurent en mer chaque année. Désormais, Ludovic ne va plus faire face à des chiffres, mais à la réalité.

Jean entame lui son deuxième été à bord du bateau. Il y a passé deux semaines la première fois. Une aventure qui l’a profondément marqué mais qu’il voulait absolument revivre.

Elisabeth et Juliette, l’infirmière et la sage-femme de Médecins Sans Frontières seront à leurs côtés pour soigner les naufragés sur le bateau.

Ensemble, Ils vont être confrontés aux témoignages bouleversants des migrants, à la tension des sauvetages et à la joie des rescapés. Une aventure humaine éprouvante, que nous avons suivie à leurs côtés.

« Mission Aquarius », réalisé par Hélène Eckmann, à ne pas manquer le 13/06 à 20h55 sur France Ô

« Putain de nanas », une websérie documentaire à découvrir sur FranceTV Slash

Laura, 26 ans, brutale, écorchée, brillante. Alex, 30 ans, ardente, intransigeante, fidèle. Michelle, 24 ans, bagarreuse, fêtarde, solaire. Yanna, 28 ans, cérébrale, courageuse, obsessionnelle.

Ces filles sont des « Putain de nanas ». Elles nous entrainent dans un voyage intime et charnel, une plongée dans la routine de leur équipe de rugby et dans les combats de leur quotidien. Au-delà des résultats sportifs qui font du LMRCV l’une des meilleures équipes françaises, les « Putain de nanas » vivent une histoire de dingue, d’une rare intensité. Plus qu’une expression, ce surnom symbolise et incarne leur supplément d’âme.

Une série documentaire, 9×6 min – Réalisation Benjamin Montel et Antonin Boutinard Rouelle – Coproduction : CAPA Sport et France Télévisions

« 68, année érotique », le 25/05 à 22h35 sur France 3

C’est l’autre révolution de 68 : celle des mœurs. Virginité, fidélité, mariage : les tabous d’après-guerre sont bousculés. La révolte échoue face au pouvoir, mais libère la société. 50 ans plus tard, les « années 68 » restent celles qui ont émancipé la libido des Français.

Les slogans politiques ont été oubliés, mais l’émancipation sexuelle est restée. C’est peut-être le principal acquis du « joli mois de mai », et c’est ce qui ressort du documentaire « 68 année érotique ».

Le film, produit par CAPA, donne la parole à des Français anonymes, qui racontent leurs « années 68 ». Ces témoignages se mêlent aux archives pour restituer l’ambiance de l’époque.

Ces femmes et ces hommes issus du baby boom étaient étudiants, lycéens ou déjà dans la vie active. Devant la caméra de Claude Ardid et Philippe Lagnier, ils décrivent d’abord la France d’avant mai, et l’ordre moral qui tenait toute une jeunesse à l’étroit dans un corset.

Il y a Jacqueline, qui se souvient de son ignorance, et du manque d’éducation sexuelle général. Gian, qui entend encore les sermons culpabilisateurs des prêtres.

Et puis viennent les premières manifestations de mai. On s’embrasse sur les barricades et dans les amphis. Monique fait l’amour dans les bureaux de la Fac, Marc expérimente une liberté grisante.

Jouir sans entraves : d’accord, mais sur un pied d’égalité. Le féminisme s’affirme, le MLF descend dans la rue. Dans les mois qui suivent, certains se lancent dans la vie en communauté et pratiquent l’amour libre, comme Michel.

Mais toutes et tous ne vont pas se libérer en même temps. Claudine, concierge et déjà mère, raconte que dans les milieux ouvriers, on n’avait pas le luxe de « penser à ça ». Pour elle, il faudra attendre quelques années et un divorce pour bénéficier des progrès de mai.

D’autres ont profité de mai 68 pour vivre enfin leur sexualité sans honte. Bruno cachait son homosexualité et s’était résigné à se marier. Le vent de liberté lui a donné des ailes.

La libération sexuelle a 1000 facettes. Avec, aussi, ses excès, quand la transgression devient la norme, quand le sentiment amoureux devient ringard.

Que l’on ait été homme ou femme, hétéro ou homo, ouvrier ou bourgeois, l’histoire intime de 68 n’a pas été pas la même.

Mais avec 50 ans de distance, tous ces protagonistes reconnaissent une chose : mai 68 a changé ce qu’on appelait autrefois « les choses de l’amour ». Et les générations qui ont suivi en ont profité. La liberté individuelle, le droit à toutes les identités sexuelles et le féminisme viennent de là.

Un documentaire de 52’ écrit par Claude Ardid et Philippe Lagnier, réalisé par Philippe Lagnier. Une production CAPA

Projection gratuite de la série documentaire « Humains 3.0 » au Grand Palais

La série documentaire « Humains 3.0 » est une odyssée scientifique, déclinée en trois épisodes. Elle sera projetée gratuitement dans l’auditorium du Grand Palais les vendredis 25 mai, 1er Juin et 8 Juin. Retrouvez toutes les informations ainsi que la programmation complète sur le site du Grand Palais

Le premier épisode raconte comment l’humain pourra bientôt se réparer pièce par pièce, telle une machine, jusqu’à augmenter ses performances, acquérir de nouveaux pouvoirs et se transformer en cyborg.

Le second dessine un avenir où la connexion en réseau sera généralisée et permanente entre les hommes. Un monde où l’intelligence artificielle s’installera dans notre quotidien, jusqu’à peut-être le piloter entièrement.

Le troisième explore les limites de la condition humaine. Des scientifiques travaillent à repousser l’ultime frontière, celle de la mort. Jusqu’à donner espoir à ceux qui prétendent vivre éternellement…

« Humains 3.0 » est une série documentaire réalisée par Philippe Lagnier et Elena Sender avec Aurélie Saillard.

« La Méditerranée va-t-elle passer l’été ? », le 17/04 à 20h50 sur Arte

Ce documentaire est disponible en replay sur le site d’Arte.

Le berceau de la civilisation européenne est au bord du burn-out. Si rien n’est fait, la Méditerranée sera bientôt une mer morte. Selon Pascal Canfin, ancien ministre du développement et Directeur Général du WWF, « aujourd’hui, la multiplication et la croissance des activités économiques sur cette zone s’apparentent à un véritable Far West. »

A rebours de l’image paradisiaque que nous nous faisons de la Mer Méditerranée, cette investigation internationale se propose d’en explorer les côtés les plus sombres et les plus alarmants. Pression démographique, touristique, climatique, pollution et artificialisation du littoral, l’environnement unique de la Méditerranée peut-il tenir le choc ?

De Palma de Majorque au Liban en passant par la Grèce, la Tunisie et le Monténégro, une enquête alarmante et passionnante sur la situation critique de ce joyau qui est la Méditerranée.

Par ce documentaire fouillé, le réalisateur Alexis Marrant, nous interpelle sur ce nouvel enjeu écologique, en révélant : A Palma de Majorque, aux Baléares, les autorités locales ont choisi de développer à marche forcée le tourisme de croisière quitte à fermer les yeux sur la pollution hautement toxique générée par les paquebots.

Au Monténégro, la baie de Kotor, l’un des derniers paradis épargné par le tourisme de masse est vendu aux plus offrants. Les côtes classées par l’UNESCO se couvrent de marinas pour super-riches pouvant accueillir les plus grands yachts de la planète. Le tout grâce à des passe-droits et des avantages exorbitants négociés avec les promoteurs étrangers.

En mer Egée, des centaines de cargos slaloment au milieu des îles dans la plus parfaite anarchie, menaçant les espèces marines et risquant de déclencher une marée noire en cas de naufrage. Totalement dépassées, les autorités grecques sont incapables de réguler ce trafic.

Au Liban, le maire de Beyrouth a choisi de recycler les montagnes de déchets qui défigurent le pays en les enfouissant sur la côte pour gagner du terrain et bâtir des résidences de luxe. Le poisson a disparu et les bains de mer deviennent un sport à haut risque.

Et en Tunisie, dans le golfe de Gabés, l’usine chimique de phosphate a totalement ruiné l’environnement dans l’indifférence générale. Les fonds marins sont décimés et la palmeraie désertée.
Une investigation qui révèle une bataille que se livrent entrepreneurs, ONG, écologistes, politiques et populations locales.

« La Méditerranée va-t-elle passer l’été ? », un film réalisé par Alexis Marant, coproduit par ARTE France & CAPA Presse

« Jeunesse à vendre », le 18/04 à 20h55 sur France 5

C’est un phénomène tabou, qui échappe souvent aux adultes : de plus en plus de mineurs se prostituent en France. Ces ados, surtout des filles, viennent de tous les milieux. Leur dérive est facilitée par les réseaux sociaux.

Océane n’a que 15 ans. Elle est en fugue depuis plus de 6 mois. Depuis leur pavillon de la banlieue parisienne, ses parents la pistent sur les sites d’annonces, refuges à peine déguisés de cette prostitution 2.0.

Léa a fait sa première passe à 14 ans, entrainée par sa meilleure amie. Au début, elle n’était pas consciente de la transgression. Attirée par cet argent rapide, elle s’est retrouvée sous la coupe d’un proxénète à peine plus âgé qu’elle.

Dans cette épreuve, les parents sont seuls. Leurs enfants leur échappent, et les services sociaux n’ont pas de solution-miracle. Sortir de la prostitution prend du temps, et il y a souvent des rechutes, comme avec une addiction.

Le film suit les parcours heurtés d’Océane, Léa et Inès. À peine entrées dans l’adolescence, elles font de constants aller-et-retours entre leurs chambres d’enfants… et leurs chambres d’hôtel.

Ces nouveaux réseaux de prostitution sont plus mouvants qu’hier. Ils apparaissent et disparaissent d’une semaine à l’autre, dans une forme d’improvisation qui déconcerte la police. À la brigade des mineurs de Paris, les enquêteurs voient se multiplier les dossiers sans pouvoir agir efficacement.

Comment expliquer ces passages à l’acte ? Flics, éducateurs, psys : tous les acteurs de terrain pointent l’invasion des codes du porno, et la vitesse de propagation du numérique.

Comment protéger ces adolescents ? L’ACPE, seule association française spécialisée dans la prostitution des mineurs, pointe le déni des pouvoirs publics. Pour combattre une réalité dérangeante, il faut d’abord la voir en face : il existe aujourd’hui en France une « jeunesse à vendre ».

Un documentaire de 73’ | Écrit par Claude Ardid et Nadège Hubert | Réalisé par Alexis Marant | Produit par CAPA

CAPA SPORT fête ses un an !

Guidés par la conviction que le sport est un vecteur extraordinaire pour comprendre les hommes, leurs ressorts intimes, et donc pour raconter le monde.. Manuel Herrero et Benjamin Montel, développent, produisent et réalisent différents formats sous le label CAPA Sport.

L’ambition est de faire converger l’ADN journalistique de CAPA PRESSE, le savoir-faire en communication audiovisuelle de CAPA CORPORATE et une vraie connaissance du monde du sport.

En s’appuyant sur ces compétences transversales, cette structure développe des contenus divers autour du sport en racontant de grandes histoires autrement, sur tous les terrains et pour tous les formats : Documentaires « Premium », Contenus digitaux, Reportages, Clips et Pubs.

« Avortement : les croisés contre-attaquent », le 6 Mars à 20h50 sur Arte

L’avortement : c’est un droit qu’on croyait acquis. Pourtant, partout en Europe, il est aujourd’hui contesté. De nouveaux militants, mieux organisés, essaient de faire bouger les lois et les mentalités. Comme hier, ils refusent que les femmes disposent de leur propre corps.

Elle s’appelait Valentina. Elle est morte parce que des médecins ont refusé l’avortement qui aurait pu la sauver. Un drame d’un autre temps, qui a pourtant eu lieu l’an passé, en Italie. Là-bas, l’avortement est légal depuis 40 ans, mais une majorité de gynécologues refusent de le pratiquer pour des raisons éthiques.

Il y a de nombreuses façons de s’attaquer au droit à l’avortement. À découvert, ou en coulisses. En jouant sur la procédure, ou bien sur la propagande. Le film dessine une carte d’Europe inquiétante, celle des pays où les anti-avortement passent à l’action.

Cette nouvelle génération de militants essaie de revenir sur la loi, dès que c’est possible, comme en Espagne, au Portugal ou en Pologne. En Hongrie, c’est même la Constitution qui a été modifiée en faveur de ces « pro-life » auto-proclamés.

En France, les nouveaux soldats anti-avortement ont déplacé le champ de bataille vers les médias et les réseaux sociaux. Ils mènent une offensive culturelle pour infléchir l’opinion.

Autant de combats qui se rejoignent à l’échelle européenne. Tous les anti-avortement sont partis à l’assaut de la forteresse Bruxelles. Un lobbying intense s’y exerce, avec des méthodes aussi efficaces que discrètes.

Pour cette guerre tous azimuts, il faut de l’argent. Les anti-avortement peuvent compter sur de puissants parrains étrangers, en Russie et aux États-Unis. C’est une internationale puissante et déterminée que met au jour le documentaire d’Alexandra Jousset et Andrea Rawlins.

En Europe, la trêve est rompue. Et sur le front de l’avortement, il y a de nouvelles victimes. Valentina, Kata, Natalia : elles sont Italiennes, Hongroises, ou Russes. Elles paient de leur vie, de leur santé, ou de leur liberté cette adversité renaissante qui, comme hier, s’en prend au corps des femmes.

Il y a 70 ans, Simone de Beauvoir avait eu ces mots prophétiques : « n’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».

Nous y sommes.

Un film d’Alexandra Jousset et Andrea Rawlins-Gaston, produit par CAPA, coproduit par ARTE France, avec le soutien de la Région Ile-De-France

La fabuleuse histoire du restaurant, mardi 13 février à 20h55 sur France 2

La Fabuleuse Histoire est une nouvelle émission sur France 2 présentée par Stéphane Bern et produite par CAPA qui propose de voyager dans le temps afin de mieux comprendre… notre quotidien.

En effet, l’histoire de France ne se limite pas aux rois, aux reines, aux dates mémorables ni aux grandes batailles. C’est aussi celle de notre manière de vivre, de ce qui nous entoure chaque jour : nos vêtements, nos loisirs, l’école, la santé… Pour le premier numéro de ce nouveau rendez-vous qui mêle divertissement et histoire, il s’agit de raconter la fabuleuse histoire du restaurant.

Notre pays compte, avec plus de 780 000 établissements, le plus grand nombre de restaurants par habitant au monde. C’est une vraie passion française, qui s’est renforcée au fil des siècles.
Stéphane Bern propose donc aux téléspectateurs de vivre une expérience inédite : remonter littéralement le temps, pour découvrir concrètement, au cours de plusieurs chapitres de notre histoire, la naissance et la transformation du restaurant. Un voyage dans le temps en costumes et dans des décors d’époque rigoureusement reconstitués.

Cette fabuleuse histoire commence au Moyen-Age avec l’apparition des auberges et se poursuit à la Révolution française, quand se développent autour du Palais Royal les tous premiers restaurants modernes. Lors de cette aventure, les téléspectateurs assisteront à la naissance de la gastronomie française et en parallèle à la démocratisation du restaurant, dont l’emblème est la fameuse guinguette, populaire et canaille, qui connaît son âge d’or au début du 20e siècle.

Stéphane Bern a choisi d’emmener deux jeunes cuisiniers plein de talents dans ce voyage : Nathalie Nguyen et Grégory Cuilleron. Tous les deux se sont fait connaître du grand public par des émissions de concours culinaires. Depuis ils incarnent la nouvelle génération de la cuisine du 21e siècle, moderne et généreuse. Ils vont pouvoir découvrir l’histoire de leur discipline.

Ces deux petits génies des casseroles vont devoir tout réapprendre une fois projetés dans notre passé : car sans électricité ni réfrigérateur, cela change tout, des ustensiles aux ingrédients jusqu’aux us et coutumes. Ils vont devoir relever plusieurs défis étonnants comme par exemple préparer le repas d’une auberge médiévale ou encore fabriquer une glace comme au temps de la Révolution française, c’est à dire sans congélateur…

Avec ce voyage dans le temps, La Fabuleuse Histoire propose aux téléspectateurs une aventure pleine de surprises, de rires et de sensations fortes ! Un programme inédit et familial qui permet d’apprendre de façon ludique.

Une émission présentée par Stéphane BERN | Producteur délégué : CAPA Presse | Réalisateur : Fabrice MICHELIN | Producteurs : Philippe LEVASSEUR, Nicolas VALODE | Directeur artistique : Yoan ZERBIT | Productrice exécutive : Justine MARTIN CHAUFFIER | Rédactrice en chef : Emilie LANÇON

Une production CAPA | Sur une idée originale de la Direction Du Développement NEWEN | Avec la participation de FRANCE TÉLÉVISIONS | Conseillères de programme : Nathalie Denise, Héloïse Martin Saint Léon | Directeur adjoint de l’unité Divertissements : Nicolas Marinos | Directrice de l’Unité Divertissements, Spectacles et Jeux de France 2 : Marie Genest