Articles

Humains 3.0 : bienvenue dans l’avenir de l’humanité.

Cette série documentaire (3 films de 52’) raconte comment l’Homo Sapiens, qui a transformé le monde à sa main, déploie désormais les moyens technologiques et scientifiques pour se façonner lui-même. Des outils qui vont lui permettre de s’affranchir de sa condition d’humain ordinaire. Demain, perdre un membre, devenir paralysé, être malade ou tout simplement vieillir ne seront plus une fatalité.

Cette série inédite raconte une aventure scientifique sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Une révolution qui va accoucher d’un changement de société et d’une rupture anthropologique. Cette odyssée scientifique est déclinée en trois volets :

L’Homme réparé, le 31/03 à 20h50 sur Planète + :

Ce volet raconte comment l’humain pourra bientôt se réparer pièce par pièce, telle une machine. Jusqu’à augmenter ses performances, acquérir de nouveaux pouvoirs et se transformer en cyborg.

L’Homme connecté, le 07/04 à 20h50 sur Planète + :

Ce second film dessine un avenir où la connexion en réseau sera généralisée et permanente entre les hommes. Un monde où l’intelligence artificielle s’installera dans notre quotidien, jusqu’à peut-être le piloter entièrement.

L’Homme immortel, le 14/04 à 20h50 sur Planète + :

Nous explorerons une aventure scientifique qui donne le vertige : les scientifiques travaillent à repousser l’ultime frontière, celle de la mort. Jusqu’à donner espoir à ceux qui prétendent vivre éternellement.

Des cliniques d’Hollywood à l’Ecole polytechnique de Lausanne, de Harvard à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, de l’université de Berkeley à l’hôpital central de Vienne, des dizaines de chercheurs à travers le monde travaillent à la naissance de l’Homme de demain.

Nous les avons filmés dans leurs laboratoires, assisté à leurs expériences et confronté leurs découvertes à l’analyse de philosophes, d’anthropologues et de sociologues.

Humains 3.0, une série documentaire d’Elena Sander, Aurélie Saillard et Philippe Lagnier, une production signée CAPA en diffusion sur Planète +

Versailles, les off : une trilogie digitale dans l’intimité du Roi

Dans cette collection, Louis XIV s’approprie les codes visuels des vlogueurs pour se confier sur ses ambitions et projets pour Versailles. Au cœur de ses conversations en aparté avec les internautes il évoque l’Histoire, telle qu’on ne la lit pas dans les livres…

Trois grands thèmes sont abordés et permettent d’appréhender au mieux la saison 2 : la construction du château qui avance à grands pas, la mise en place de l’Étiquette pour tenir les nobles à la cour, et bien sûr les femmes, la grande faiblesse du monarque…

Cette trilogie a été réalisée lors du tournage de la saison 2 bientôt en diffusion sur CANAL+. Toutes les anecdotes racontées par Louis sont tirées de vrais faits historiques rapportés dans les lettres de Madame de Sévigné.

Versailles Les OFF – Versailles Chantiers :

Versailles Les OFF – Étiquette :

Versailles Les OFF – Favorites :

Une collection de la Direction Digitale de CANAL+, écrit par Andrew Bampfield, avec George Blagden. Production exécutive : CAPA / Connected Stories

Hors de contrôle : L’incendie du Tunnel du Mont Blanc, le 21/03 à 20h50 sur RMC Découverte

24 mars 1999 : Une terrible fumée noire s’échappe de l’un des plus longs et plus célèbres tunnels au monde… le tunnel du Mont-Blanc.

Ce jour-là, l’explosion d’un camion frigorifique semi-remorque provoque un terrible brasier. En quelques minutes à peine, les flammes vont dégager une fumée asphyxiante et faire grimper la température à plus de 1200 degrés. Les pompiers mettront plus de 53 heures à venir à bout des flammes, 39 personnes périront.

Cet incendie demeure à ce jour le plus meurtrier de l’histoire des tunnels. Comment ce tunnel, véritable prouesse technique, a-t-il pu s’embraser aussi vite ? Pourquoi les pompiers n’ont-ils pas pu s’approcher de l’incendie et porter secours aux victimes ? Un tel incendie pourrait-il se reproduire ? Grâce à des images 3D inédites, nous allons vous faire revivre ce qu’il s’est réellement passé techniquement et scientifiquement.

Pompiers, survivants, spécialistes vont nous raconter cet accident de l’intérieur… seconde par seconde. Grâce à leur témoignage, nous tenterons de comprendre comment le tunnel du Mont Blanc a pu être victime d’un incendie hors de contrôle…

Hors de contrôle : L’incendie du Tunnel du Mont Blanc, le 21/03 à 20h50 sur RMC Découverte. Un film écrit et réalisé par Camille Plouin, produit par Benoît Masocco. Une production CAPA avec la participation de RMC Découverte

« A la conquête de l’Everest », le 05/03 à 13h30 dans « TF1 Grands Reportages »

8848 mètres. A lui seul, ce chiffre donne le vertige. A la démesure de la plus haute montagne du monde, l’Everest. Un sommet mythique, que des milliers de passionnés rêvent de conquérir.

C’est le cas de deux familles françaises. Les Margueron et les Damevin partent pour un trek de 16 jours, avec comme objectif de se rapprocher le plus possible du sommet. Isabelle, Tim, et leurs amis Sophie et Olivier partent avec leurs enfants, qui ont entre 7 et 14 ans. Un pari un peu fou, qu’ils veulent relever en famille : « Nous habitons la Savoie, et nous sommes habitués à marcher. Mais rien ne prépare à ce que nous allons vivre au Népal ».

A plus de 4000 mètres d’altitude, les accidents lors des treks sont fréquents. A bord de son hélicoptère, le capitaine Vivek veille sur les randonneurs en route vers le plus haut sommet du monde. Pendant la haute-saison touristique, il enchaîne les interventions à haut risque : “Sauveteur sur l’Everest, c’est d’abord une passion, avant d’être un métier. J’en suis fier. Beaucoup de gens ne connaissent pas grand chose du Népal, mais l’Everest, tout le monde sait ce que c’est. »

Sur la route de l’Everest, dans l’hôpital de Lukla, Andreas, médecin urgentiste, multiplie les consultations. Il vient en aide aux trekkeurs atteints du mal aigu des montagnes, une maladie très fréquente à plus de 4000 mètres d’altitude. Il doit souvent intervenir lorsque la situation est grave. Lui préfère d’abord prévenir, avant de guérir : « La plupart des trekkeurs devraient être plus vigilants avant de se lancer à l’assaut de la montagne, cela peut vite s’avérer très dangereux ». Passionné par son pays d’adoption, Andreas apporte aussi son aide aux populations locales.

Enfin, l’Everest est aussi une manne financière considérable pour le pays. Pasang, 29 ans a su en profiter. La jeune femme travaille pour l’une des grandes chaînes hôtelières du pays. Elle vient dans cette vallée réouvrir le plus haut lodge de tout l’Himalaya, perché à 4250 mètres. Détruit lors du séisme de 2015, il est en train d’être reconstruit, juste en face de l’Everest. Des clients du monde entiers se bousculeront peut-être sur sa terrasse, afin de profiter de ce balcon sur le Toit du monde: “Pour l’occasion, nous organiserons un petit-déjeuner au champagne”.

Entre l’ivresse des cimes et la culture ancestrale du Népal, entre un sommet à portée de mains et des vallées coupées du monde, l’Everest a mille visages mais ne s’offre qu’aux audacieux, ceux qui voient… Toujours plus grand.

« A la conquête de l’Everest », réalisé par Gary Grabli, le 05/03 à 13h30 dans « TF1 Grands Reportages »

« Comme une maison bleue », le Webdoc sur l’équipe de France masculine de Handball réalisé par Manuel Herrero

Cette série de 12 épisodes de 5 minutes tournée tout au long de l’année 2016 au cœur de « la maison bleue » nous plonge dans l’intimité de l’équipe de France masculine de handball. On y découvre l’esprit de cette équipe hors du commun et la personnalité des hommes qui la composent à travers des portraits intimistes des 6 « cadres » de l’équipe surnommés « les Experts », ainsi que des sujets retraçant les moments forts du groupe. 

La route jusqu’aux Championnats du monde a été jalonnée de péripéties et d’évènements, avec notamment l’Euro en Pologne, les Jeux Olympiques de Rio mais aussi des stages, des rassemblements et des centaines d’heures de travail. Dans des registres différents, chaque moment permet de découvrir les Experts sous un angle intime et humain. Les larmes dans un vestiaire de Cracovie, les mots sans concession échangés à huis clos dans un hôtel en Corse, la sueur sur les versants de la Toussuire ou les regards avant l’annonce d’une sélection deviennent ainsi des enjeux dramatiques qui révèlent la personnalité des personnages, leur mode de fonctionnement et la façon dont l’équipe s’est construite au fil des années.

Plusieurs partis pris ont guidé cette aventure :

– Une transparence totale. Les joueurs et le staff ont accepté la présence du réalisateur et de son chef opérateur dans toutes les situations qui rythment le quotidien de l’équipe, en période de préparation mais aussi lors des compétitions.
– La volonté de ne pas recourir à une écriture chronologique ou les résultats sportifs constitueraient le seul enjeu.
– Un traitement personnel et intime reposant sur la proximité avec les joueurs et de longs entretiens conduits au fil du projet.
– Le choix des intervenants : si la série montre l’ensemble de l’équipe, le récit est articulé autour des 6 joueurs cadres communément surnommés « Les Experts », de Claude Onesta et Didier Dinart.

Une rencontre à l’origine du projet :

C’est à l’occasion de son documentaire « Coachs » diffusé sur Canal+ au printemps 2016, que le réalisateur Manuel Herrero a rencontré Claude Onesta. A l’issue de ce film, le manager général de l’équipe de France masculine de handball lui a proposé d’accompagner la team pendant une année, jusqu’aux Championnats du monde organisés en France en janvier 2017. L’idée de ce projet est de raconter l’esprit de cette équipe hors du commun à travers la personnalité des hommes qui la composent.

« Billet retour pour l’Afghanistan » le 14/01 à 18H35 dans Arte Reportage

Ils sont des milliers d’Afghans, chaque jour, à regagner leur « terre d’origine ». Depuis l’invasion soviétique de 1979 en Afghanistan et la guerre civile qui a suivi, le Pakistan était la principale terre d’accueil des réfugiés afghans. Plus de 2 millions d’entre eux y avaient établi leur vie. Pourtant, depuis quelques mois, le gouvernent pakistanais durcit sa politique migratoire et a décidé de renvoyer l’intégralité de ces réfugiés en Afghanistan d’ici mars 2017. A l’origine de ces expulsions massives, des tensions historiques entre le Pakistan et l’Afghanistan. Islamabad accuse régulièrement les réfugiés afghans de nourrir le terrorisme local. Certains voient de la part des autorités pakistanaises une volonté de déstabiliser encore plus son voisin.

Ces cinq derniers mois, déjà 600 000 personnes ont été expulsées. Avant l’arrivée de l’hiver, ils étaient près de 6000 par jour à traverser la frontière. Pour certains, c’est la première fois qu’ils foulent la terre afghane. Ce reportage nous immerge dans ce retour, véritable parcours du combattant. Ces rapatriés doivent trouver un logement, un travail mais aussi de quoi se nourrir dans un pays où crises économique et sécuritaire sévissent. Ils ne peuvent pas compter sur l’aide du gouvernement afghan, accaparé par le conflit avec les taliban. Pour d’autres, c’est aussi un choc culturel. Pour tous, il faut réapprendre l’Afghanistan.

« Billet retour pour l’Afghanistan », réalisé par constance de Bonnaventure, le 14/01 à 18H35 dans Arte Reportage

« Clandestins, d’autres vies que les vôtres » le 10/01 dans Infrarouge à 23h sur France 2

Ils n’ont pas fui les bombes mais la misère. On les appelle clandestins. Ils travaillent, mais sans papiers. Combien sont-ils ? 400, 500000 peut-être, dans une France de 66 millions d’habitants. À peine 1% de la population, mais qui cristallise beaucoup de peurs et de rejets.

Au pays, ils ont laissé une épouse, un fils, une mère. Ils leur ont promis une vie meilleure. Aujourd’hui ils rasent les murs. Ils sont ceux que les autorités veulent expulser en priorité.

Alors ils acceptent les boulots ingrats, les horaires décalés, les salaires amputés. Souvent ils gagnent moins que le Smic. Souvent, ils paient des impôts. Certains employeurs profitent d’eux. Pas de recours. Comme l’écrivait Hugo : « l’exil, c’est la nudité du droit ».

Malgré les risques, ils sont cinq à prendre la parole. Cinq de ces « migrants économiques », que l’actualité ou l’Administration réduisent parfois à des statistiques. Cinq histoires singulières, à visage découvert.

Sidy le Sénégalais est manœuvre dans le bâtiment.

Emma la Chinoise est elle manucure.

Rahman le Bengladais livre des sushis.

Fanny l’Ivoirienne garde des enfants.

Armando l’Albanais, enfin, est menuisier.

Ils sont en France, parmi nous, depuis cinq, dix, douze ans. Aujourd’hui, pour la première fois, ils parlent. Ils ne font pas de politique, mais racontent la vie. Celle qu’ils ont trouvée ici, celle qu’ils ont fuie, là-bas.

Par ce récit simple et puissant, ils effacent certains préjugés et se dessinent eux-mêmes dans notre paysage. Eux, ces « clandestins », qui ont d’autres vies que les nôtres.

« Clandestins, d’autres vies que les vôtres », un film d’Andrea Rawlins-Gaston et Laurent Follea, le 10/01 dans Infrarouge à 23h sur France 2

Pop Up réalise sa meilleure audience depuis son lancement

Pop Up, le magazine culturel de C8 présenté par Audrey Pulvar et produit par CAPA, a réalisé samedi dernier sa meilleure meilleure audience depuis son lancement le 15 octobre dernier.

Merci aux fidèles, et bienvenue aux nouveaux accros à la culture Pop, toujours plus nombreux !

Retrouvez Pop Up (@PopupOfficiel) sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Snapchat & Instagram

« L’amerrissage dans l’Hudson », le 29/11 dans « Hors de Contrôle » à 20h50 sur RMC Découverte

Le 15 janvier 2009, un avion de ligne amerrit en catastrophe dans la rivière Hudson, au cœur de New York. Les 155 passagers qui étaient à bord de l’appareil sont tous indemnes alors qu’ils n’avaient aucune chance de survivre. En effet, leur avion avait perdu ses deux moteurs suite à la collision avec des oiseaux au décollage.

Le pilote, le capitaine Sullenberger devient un héros national. Certains médias parlent alors de « Miracle de l’Hudson », l’histoire a même été adaptée récemment au cinéma dans le film « Sully » réalisé par Clint Eastwood avec Tom Hanks, prenant la tête du box-office américain.

Pourtant ce « miracle » soulève de nombreuses questions… Comment les réacteurs se sont-ils arrêtés à cause de simples oiseaux ? Comment le pilote a-t-il réussi le défi technique d’amerrir un appareil lancé à 270km/h sur l’eau ? Pourquoi les procédures d’urgence en vigueur à l’époque ont-elles failli causer la mort des 155 passagers ? Un tel accident pourrait-il se reproduire ?

Grâce à des images 3D inédites, nous allons vous faire revivre ce qu’il s’est réellement passé dans l’avion techniquement et scientifiquement.

Les passagers vont nous raconter cet accident de l’intérieur… seconde par seconde. Grâce à leurs témoignages et à ceux des plus grands spécialistes, nous tenterons de comprendre comment cet Airbus A320, considéré comme l’un des plus sûrs au monde, a failli causer une catastrophe hors de contrôle…

« L’amerrissage dans l’Hudson », réalisé par François Tribolet, le 29/11 dans « Hors de Contrôle » à 20h50 sur RMC Découverte

« Les gardiens du bois de Vincennes », le 20/11 à 13h30 dans « TF1 Grands Reportages »

Le bois de Vincennes, 1000 hectares d’arbres, de lacs et de pelouses, un poumon de verdure aux portes de Paris. Chaque année, 11 millions de promeneurs profitent du plus grand espace vert parisien, sur lequel veillent une poignée d’anges gardiens. José le bûcheron, Astrid la policière, Fabrice le soigneur du zoo et Raphaël, le nouveau paysan, se battent chaque jour pour que le bois de Vincennes demeure un havre de bien-être.

Il y a d’abord le gardien de la nature. José est bûcheron municipal, cela fait 18 ans qu’il protège les 200 000 arbres du bois de Vincennes. Quand il n’entretient pas les allées et les sous-bois, ou nettoie les nids de chenilles urticantes pour la sécurité des promeneurs et des sportifs, il récolte de la nourriture pour les animaux du zoo. « Je fais un métier super, quand il y en a qui se tapent les bouchons, nous on est là, vous entendez les oiseaux ? »

Le bois a aussi ses gardiens de la paix. Une brigade spéciale de la police patrouille en VTT dans ses moindres recoins, même les plus obscurs. Quand Astrid la policière est de service, elle fait une trentaine de kilomètres de vélo par jour, surveille le coin des prostituées ou bien mène la chasse aux exhibitionnistes, des promeneurs aux mœurs très particulières : « On sent que malgré tout, ils ne peuvent pas s’empêcher de venir, c’est comme une drogue ! ».

Fabrice est le gardien des animaux. Chef soigneur, il est une sorte de super nounou pour les 2000 mammifères, oiseaux et reptiles du zoo de Vincennes. Il a une mission délicate : repeupler ce lieu mythique qui vient de rouvrir après six ans de travaux. Et ce n’est pas une mince affaire quand arrive un Lamentin, un mammifère marin d’une demie tonne, ou quand le nouveau zèbre destiné à la reproduction se fait encorner par un rhinocéros. « Florian, il s’appelle. C’est son nom. C’est pas top ! Il est vraiment super calme, cet étalon, parce que s’il avait voulu péter la barrière en bois, elle n’aurait pas résisté. Il est vraiment cool ce zèbre ! ».

Le bois a aussi ses gardiens de la terre. Raphaël a créé l’association Vîle Fertile pour relancer une ferme implantée sur un ancien site de l’exposition coloniale de 1931. 600 m2 de terres agricoles remises en culture après un demi-siècle d’abandon. Les bénévoles ont trois ans, la durée de leur bail, pour rentabiliser cette ferme en vendant leur production. Et pour cela, ils ont une arme secrète, cachée à l’autre bout du bois, à l’ombre du château de Vincennes : un tunnel désaffecté qu’ils veulent transformer en champignonnière : « Clairement, on y croit aux champis ! Ça paraît un peu ouf, mais voilà, on croit à des trucs un peu ouf comme ça. »

Grégory est champion de Béhourd, « fracas » en vieux français, un sport plutôt viril où les combattants s’affrontent en armures médiévales. Redécouvert en Russie il y a une vingtaine d’années, le Béhourd a déjà conquis plusieurs centaines de passionnés en France. Grégory s’entraîne dans le bois avant de participer au plus grand tournoi de l’année, celui du château de Vincennes. « Je tape un peu trop fort, je crois que j’ai abîmé ma masse d’arme ! ». Grégory, gardien de l’Histoire et de la mémoire du bois de Vincennes.

« Les gardiens du bois de Vincennes », un reportage de Philippe Poiret et Richard Puech, le 20/11 à 13h30 dans « TF1 Grands Reportages »